top of page

Les activités c'est bien, l'environnement... c'est essentiel !

Dernière mise à jour : 8 juil. 2023

Je reçois beaucoup de messages qui expriment l'enthousiasme quant à la pédagogie que nous menons avec Lili-Rose: les apprentissages auto-gérés ("les apprentissages autonomes", "l'éducation auto-dirigée"). Ils peuvent se pratiquer en "école à la maison", comme nous le faisons, (instruction en famille), mais certaines écoles font aussi ce choix pédagogique (les écoles démocratiques hors contrats ou des écoles traditionnelles qui sous l'impulsion de la pédagogue Céline Alvarez sautent le pas, voir le forum de son site).


Sur les réseaux ou sur ce blog, je partage beaucoup sur les activités que nous menons au quotidien: expériences, bricolages, cuisine, sorties... Cependant, peut-être que je ne parle pas assez de ce qui est d'une importance primordiale dans cette approche: l'environnement.



On aura beau déployer auprès des enfants les activités les plus originales, fun, ludiques, "éducatives"..., si celles-ci ne s'insèrent pas dans un environnement (au sens large: encadrant + lieu + ambiance) où liberté, bienveillance et autonomie sont les maîtres-mots, alors le moment perd de sa superbe. Je dirais même plus, on vide cette proposition pédagogique de sa substance.


Aussi ludique soit-elle, ce ne sera qu'une activité de plus.


L'aspect fondamental de l'apprentissage autonome est que l'enfant doit être volontaire pour faire l'activité. Il n'y va pas sous la contrainte, il y va de son propre chef.


L'ambiance est primordiale, elle se veut bienveillante et non coercitive. Pas seulement lors de l'activité, ce doit être le bain de l'enfant.


L'accompagnant ( ou les accompagnants selon la structure) doit disposer au mieux de ses compétences exécutives, gestion de ses émotions, flexibilité, mémoire, disponibilité, énergie... pour se mettre dans une relation authentique et horizontale avec l'enfant.

Non ce n'est pas évident, mais au combien essentiel !

Par soucis de cohérence, il va sans dire que tous les accompagnants doivent être dans la même posture pédagogique et dans cette même approche de l'enfant. Une petite séance d'information et nécessaire au préalable.


Personnellement, j'aime que le lieu, l'endroit de l'activité soit épuré, ordonné, tende vers le naturel, la recherche esthétique... C'est là notamment que pourront se construire les capacités de concentration ou que s'affineront les perceptions sensorielles...



Alors, c'est dans cet écosystème, dans ces conditions réunies que se mettra réellement en branle l'apprentissage actif de l'enfant et sa fameuse autonomie.

Sans tout cela, c'est du trompe-l'œil.

L'activité ne va pas sans l'environnement, c'est la cohérence du duo qui fait la puissance de l'approche.


Le défi est donc de taille pour tout ceux qui s'engagent dans cette voie. Particulièrement pour les structures qui gèrent beaucoup d'enfants (écoles, centres aérés, crèches...). Mais ce n'est pas impossible. Il faut commencer par renouer avec sa propre créativité avant d'oser s'affranchir de ses pensées limitantes.


Alors l'inspecteur n'en reviendra pas.


--------------

Ressources livres:

" Une enfance en Nord", Marion Cuerq

"Mon enfant, mon égal", Evelyne Mester

"Les lois naturelles de l'enfant", Céline Alvarez

" L'école de la liberté" Daniel Greenberg

"Libre pour apprendre " Peter Gray

" Les apprentissages autonomes " John Holt

" Qu'est ce que l'âgisme? " Elfie Rebouleau


Sites:




275 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page