top of page

Fabrication de chandelles

Dernière mise à jour : 14 déc. 2023

8 décembre, fête des lumières; 13 décembre fête de Ste-Lucie ( Lucie, du latin lux, lucis désignant la lumière), j'ai pensé que la période était propice pour proposer à Lili-Rose une activité que j'espérais faire depuis longtemps !

... suite à quelques unes de mes lectures inspirantes...



La petite maison dans la prairie et Tasha Tudor - Heirloom Crafts ont particulièrement nourri mon imagination et mon désir de me lancer dans des activités artisanales anciennes avec Lili-Rose. Tout simplement parce qu'il est intéressant de savoir comment sont/étaient fabriquées les choses, que ce soit le tissage, la vannerie, le trempage de bougie, la broderie... et que c'est une merveilleuse occasion d'apprendre la patience, la concentration, la persévérance, la dextérité. Je ne connais pas un autre domaine que l'artisanat pour faire travailler toutes ces compétences en même temps !


L'image de Tasha Tudor en train de fabriquer une tonne de chandelles dans son jardin, alors qu'elle vivait à l'ère de l'électricité, m'a fasciné et a attisé ma curiosité. Il fallait qu'on essaie !

Pour notre fabrication de chandelles, j'ai opté pour la technique du trempage, mais il est aussi possible d'acheter des moules ( illustration de droite, La petite maison dans la prairie ) mais c'est beaucoup moins drôle ( mais surement plus simple ).


Le matériel nécessaire:

- une casserole d'eau pour faire un bain-marie

- un pot de fusion en fer, pas trop large destiné à faire fondre la cire

- de la cire en copeaux ou billes (nous avons utilisé 1kg)

nous avons choisi celle de soja

- mèche de coton pour bougie en bobine et les petits supports métalliques qui servent de base (souvent vendus avec la bobine)

- un dessous de plat

- optionnel / un thermomètre alimentaire ou une bouilloire électrique (avec programmable à différente température)

- optionnel / des colorants solides pour bougie, si vous souhaitez des chandelles de couleur


Pour le séchoir à chandelles (celui en bois improvisé de la 1ère photo tout en haut), il faut:

- deux morceaux de bois (ou autre...) d'environ 60 cm de haut

- un gros bâton ou une planchette (pas moins de 6cm de large pour la planchette et 4cm de diamètre pour le bâton) de 60 cm de long environ

- une seconde planchette du même type, si vous voulez faire plusieurs chandelles en même temps


Préparatifs:

- coupez les mèches; une mèche = 2 fois la hauteur de votre pot de fusion + 18 cm environ Vous trempez les bougies deux par deux mais sur une seule mèche, voir les photos. Mettre un petit embout en métal aux deux extrémités de la mèche. Faire le nombre de mèches en fonction du nombre de chandelles voulues (avec le volume de notre pot de fusion, nous avons fait 16 bougies de différentes tailles et 4 bougies en petits pots pour finir).


- disposez deux morceaux de bois à la verticale, posez un bâton par dessus, protégez le dessous avec des feuilles de papier. Ce sera l'endroit du séchage (voir 1ère photo tout en haut)

C'est parti ! enfin presque...

Nous avons d'abord mis de l'eau à bouillir dans une casserole (au 3/4) pour faire un bain-marie. A ébullition, nous y avons déposé le pot de fusion rempli jusqu'en haut de billes de soja ( ajoutez le colorant aussi si vous souhaitez des chandelles colorées ). C'est assez long à fondre (une trentaine de minutes peut-être, je n'ai pas fait attention, surveillez régulièrement. Nous n'avons pas remué ). Pendant ce temps, j'ai proposé à Lili-Rose de faire quelques petites expérimentations et lectures pour introduire ce sujet.


Passer rapidement une feuille à dessin sous la flamme d'une bougie pour observer le dépôt de carbone, toucher une bougie, la briser, la sentir, décrire ses sensations... tout cela était proposé dans mes petits manuels anciens de leçons de choses. Cela nous a ensuite permis de dériver vers plus de complexité, de revoir la notion de combustion et de créer les molécules de ce qui était évoqué: oxygène, carbone...

Le papa de Lili-Rose nous accompagnait dans cette matinée d'instruction en famille, les échanges en étaient que plus riches, nous avons pu discuter d'un tas de choses liées au feu, à l'énergie... Le sujet de l'écologie n'étant jamais très loin.


Livres de leçons de choses: "Leçons de choses" HACHETTE de Boulet et Chabanas / "Exercices d'observation - livre unique" CLASSIQUES HACHETTE de Orieux et Everaere

Le moment tant attendu est arrivé ! La cire a entièrement fondu ! Lili-Rose trempe donc sa première mèche et... il ne se passe pas grand chose... La cire n'a pas adhéré à la mèche. Nous concluons qu'elle doit être trop chaude et nous interrogeons sur la bonne température à atteindre. Une petite recherche sur Youtube et nous tombons ce reportage de France 3 Pays de Loire de " Patrice - fabricant de cierges de Noël ", qui nous sauve la vie (merci Patrice !).

70° est donc la bonne température à atteindre pour la cire, avant d'y tremper les mèches ( nous trouvons personnellement que vers 60°/65° ça va très bien aussi). N'ayant pas de thermomètre de cuisine, nous laissons refroidir le mélange dehors, au feeling. Avant, d'enfin, pouvoir tremper la mèche à nouveau. Cette fois, ça fonctionne !




Nous trempons les mèches dans le pot de fusion, nous les déposons sur le séchoir 2-3 minutes pour que la cire durcisse, nous trempons à nouveau, nous laissons sécher, et ainsi de suite...

Millimètre par millimètre, le dépôt de cire forme la bougie, c'est assez fascinant. A la limite de se battre pour savoir à qui était le tour du trempage. Même ma sœur qui est passée à la maison a vite été accro !




A mesure que le liquide se dépose sur la bougie, il s'amenuise forcément dans la cuve. Nous faisons alors de plus petites bougies qui iront parfaitement sur notre couronne de célébration ! A ce moment, nous décidons d'ajouter du colorant à la cire. Nous remettons l'ensemble au bain marie et mélangeons avant de repratiquer le trempage.

De petites bougies vertes et bleues voient le jour.


Cette activité a pris plusieurs heures mais a été captivante tout du long ! Toute la famille s'est prise au jeu ! De la difficulté et de la méconnaissance sont nés enthousiasme et nouvelles compétences. Nous étions tous hyper fiers de notre production !













114 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page