top of page

Apprendre dans les bois, pourquoi? comment?

Dernière mise à jour : 27 sept. 2023

On pourrait se demander ce que sortir des murs de la classe ou de la maison change dans le fait d'apprendre chez l'enfant? (ou chez l'adulte...) Après tout, apprendre est un mécanisme du cerveau, on pourrait le croire invariable, réglé comme une horloge… Pourtant, en expérimentant de nouveaux environnements d'instruction, je me suis vite rendue compte de la richesse du processus et comment nous pouvions être boostés par certaines conditions.


Un sentiment hors du commun

Qui n'a jamais rêvé de ressentir la liberté d'un Tom Sawyer, l'émerveillement d'Anne Shirley et d'avoir la débrouillardise d'un Robinson Crusoé, et tout ça à la fois! Et bien c'est cela que l'on ressent lorsque ma fille Lili-Rose et moi partons en excursion en forêt lors de nos heures d'instruction en famille (école à la maison). C'est comme si ce lieu inhabituel, nouveau... fouettait le sang de nos petites cellules grises ! Là-bas, nos corps, nos esprits, nos sens tout entier sont engagés, tournés vers l'instant présent. D'ailleurs ces matinées passent à la vitesse de l'éclair, tant nous sommes absorbées par nos activités et les lieux, et lorsque nous rentrons à la maison, nous sommes épuisées de cette bonne fatigue, celle qui nous fait nous sentir heureuses, comme des rois !


Un musée, une bibliothèque... 1001 sujets !

Être dans les bois pour passer un moment d'apprentissage, c'est être face à une multitude de sujets de recherches possibles. Etudier une espèce végétale, un animal, l'écosystème, la météo, créer, construire, jouer, méditer, être en affût... La nature est une bibliothèque verte la plus riche que je connaisse !

Lorsque nous partons avec Lili-Rose pour nos escapades, j'ai souvent un thème en poche et quelques activités liées que j'ai préparées en amont, mais très souvent un autre sujet s'immisce se greffe, imprévu, surprenant, captivant... ou bien une nouvelle idée émerge, de l'une ou de l'autre... Le foisonnement est partout autour de nous et aussi dans nos têtes ! Parfois, nous choisissons de suivre le fil de nos idées, parfois nous nous recentrons sur le sujet du jour.

Une pédagogie vivante pour un lieu... en perpétuelle activité !



Un endroit vivant

Au fourmillement de la nature, s'ajoute son impermanence. Nous ne sommes jamais à l'abri d'une pluie qui se met à tomber, d'un faisan qui nous surprend, d'un insecte fascinant, et bien d'autres imprévus... ou déconvenues... Sans compter, l'évolution due au rythme des saisons, à chacune de nos sorties, elles décorent les paysages différemment. Nous devons donc nous adapter en permanence ! Notre corps, notre tête, nos yeux. Les capacités travaillées sont donc très variées, il nous faut être réactives, trouver des solutions, absorber la nouveauté...

Voilà en quoi la nature est si précieuse, elle est un endroit dans lequel on peut s'entrainer à développer cette pensée dynamique, créative, celle tellement utile dans notre monde en perpétuel changement. Elle reste malheureusement très peu entraînée et mise en valeur dans nos systèmes d'instruction classique.


Main dans la main

Enfin, la nature est un endroit où l'on peut renouer avec nos mains et s'exercer à tout un tas d'activités manuelles, de la vannerie sauvage à la construction de cabane, en passant par l'allumage d'un feu avec des silex et de l'amadou... l'occasion de nous connecter avec nos racines ancestrales ! Utiliser ses mains est un moyen privilégié d'intégrer des connaissances, et ce depuis la nuit des temps.

Passer ces moments en forêt, nous fait indéniablement renouer avec la Nature, comprendre notre indépendance. C'est main dans la main avec elle que nos enfants devront obligatoirement composer l'avenir.

Leur faire ressentir cette connexion est une priorité éducative.


----------------------

Quelques conseils et notre matériel pour l'apprentissage dans la nature:


Voici le matériel de base que nous emportons quasiment invariablement lorsque nous partons en forêt avec Lili-Rose.

De gauche à droite, de haut en bas:

un K-way, une paire de jumelles, des gants de jardinage, le livre du moment, une gourde pour l'eau ou la tisane (selon la saison), mes cartes d'identification d'empreintes, ficelle, coffret aquarelle de voyage Winsor&Newton, notre pancarte qui annonce "Forest School", sécateur, couteau, scie pliante, "Le guide nature forêt" édition Salamandre, des fusains et craies, des boîtes-loupe, une loupe, un attrape insecte, une fenêtre de perspective (pour dessiner un paysage, y apposer les premiers repères) et un feutre fin effaçable, une trousse de secours, un luxmètre (car nous étudions la lumière toute cette année), une vrille, mes cartes d'identification des feuilles des arbres, du plâtre avec de quoi le délayer et un moule pour "capturer" une empreinte fraîche, une trousse de crayons variés, feutres, pinceaux à réserve d'eau, craies aquarellables, feutres acryliques, ciseaux... un carnet de notes.


On peut encore emporter beaucoup d'autres choses... Cela dépend du nombre de porteur de sac à dos ; ) J'aime parfois prendre des affiches Deyrolles, selon le thème du moment, je les plastifie au préalable et Lili-Rose les accroche sur la ficelle tendue au travers de notre camp (notre "tableau" d'affichage éphémère), une petite ardoise et une craie pour faire des calculs par exemple, un cahier spécifique, ici pour coller des documents, de l'argile pour créer avec une matière naturelle, une corde pour créer un "pont de singe"ou s'exercer aux noeuds (voir un de mes anciens articles "forest school"), des mitaines pour pouvoir dessiner et écrire même quand il fait froid, un bonnet (le crâne évacue 30% de notre chaleur corporelle, tout comme les pieds et les mains), une paire de chaussures ou des bottes imperméables, tout comme nos sacs à dos et sur-pantalon en cas de pluie.


Les livres nous sont indispensables avant, pendant et après nos sorties dans la nature. Nous aimons particulièrement les magazines Salamandre Junior, les guides Delachaux pour leur expertise sur un sujet, la collection "Mes premières découvertes" pour une entrée en matière simple, visuelle et efficace, les magazines "Fanette et Filipin" pour l'aspect enchanteur de ses contes... Auxquels j'ajoute encore... les cartes pédagogiques que je crée, selon le thème du moment, des livres d'activités en nature comme "L'école de la forêt" et bien d'autres livres "d'aventuriers dans la nature"...

Lorsque des livres sont trop lourds pour être emportés dans nos sacs à dos, je scanne et imprime uniquement les pages utiles pour mieux les emporter avec nous. Lili-Rose les colle ensuite dans son cahier.


Bien entendu, le fameux carnet de croquis nature nous est indispensable à chacune !





356 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page